Va ton vers un nouveau gouvernement de vichy ?

Pourquoi cet acharnement  contre la CGT

La CGT  est la cible  de la droite du front national, patronat et maintenant de certains dirigeants PS.

 

Journée DE MOBILISATION ET DE Grève, 4 Février 2016

Le mardi 12 janvier 2016, le Tribunal d’Amiens a rendu

son jugement concernant nos huit camarades « ex

Goodyear » poursuivis par le Procureur de la République

pour « séquestration ».

Le Procureur de la République a décidé de poursuivre

nos huit camarades, alors même que l’entreprise avait

abandonné toutes les plaintes.

Le juge vient de prendre la décision de suivre le Procureur

de la République en condamnant huit

représentants des salariés de Goodyear à

vingt-quatre mois de prison dont neuf

mois fermes ! Avec cinq années de mise

à l’épreuve.

C’est un véritable scandale et une atteinte

grave aux libertés syndicales !

Cette condamnation s’inscrit dans un

mouvement sans répit de criminalisation

de l’action syndicale, qui s’accentue jour

après jour.

Après Les affaires judiciaires des « Cinq

de Roanne », des « Cinq d’EDF-GDF », l’Inspectrice du

Travail à Annecy poursuivie par Téfal et condamnée, de

Chartres, du Havre, de Villefranche-sur-Saône, de la

Caisse d’épargne de l’Ile de France, des salariés d’Air

France mis en garde à vue, une nouvelle étape a été

franchie avec ceux de Goodyear.et aujourd’hui L’Union Syndicale de l’Intérim CGT, la Fédération des Activités Postales et de

Télécommunication CGT et la section CGT START PEOPLE dénoncent avec la plus

grande vigueur la mise à pied conservatoire prise à l’encontre de notre camarade

Frédéric WILLEMAIN, militant CGT chez START PEOPLE et membre de la

Commission Exécutive de son organisation. Elles condamnent fermement les atteintes

aux droits de grève et aux droits de revendiquer orchestrées par START PEOPLE et LA

POSTE.

Le gouvernement porte une forte responsabilité dans la

criminalisation de l’action syndicale. Cela confirme nos

craintes depuis la promulgation de l’état d’urgence, sur le

respect des libertés individuelles et collectives fondamentales.

 

cgt